Aller au contenu

La passion du Moyen Âge

Coincé entre la grandeur romaine et la Renaissance, le Moyen Âge ne fait pas recette. Claude Gauvard nous montre au contraire une société loin d'être passive et où a grandi notre civilisation.
Christophe Dickès
Publié le 10/10/2023

Faites un don et recevez un cadeau : http://don.storiavoce.com/

Depuis le XIXe siècle, le Moyen Âge ne cesse d’être à la mode et de nous fasciner. Il est aussi la victime d’un jugement ambivalent. À la fois période d’obscurantisme et âge méprisable pour les uns, il est pour d’autres une époque sensationnelle faite de merveilleux. Autrement dit, le Moyen Âge est la victime de bien des fantasmes. L’historien, lui, considère les faits avec la nuance qui caractérise son travail méthodologique. Ce faisant, il doit se battre contre tous les clichés qui peuplent l’imaginaire médiéval. Cela commence par une réflexion sur le temps long et le temps lent : ainsi, il est difficile de voir dans tel ou tel événement du Moyen Âge une rupture. Que fut cette société de la tradition ? Existe-t-il un prototype de l’homme médiéval ? Peut-on parler d’un progrès médiéval ? Dans un « plaidoyer pour redonner aux gens ordinaires toute leur dignité », la médiéviste Claude Gauvard nous permet de (re)découvrir une période à laquelle elle a consacré toutes ses recherches. 

L’invitée : Claude Gauvard est professeure émérite d’histoire médiévale (Paris 1- Panthéon-Sorbonne) et spécialiste de la société et de la justice du Moyen Âge. Auteure de très nombreux ouvrages, elle vient de publier aux éditions Tallandier Passionnément Moyen Âge. Plaidoyer pour le petit peuple (308 pages, 21,50€). 

***

Facebook : https://www.facebook.com/HistoireEtCivilisationsMag

Instagram : https://www.instagram.com/histoireetcivilisations/

Twitter : https://twitter.com/Storiavoce


Nous écouter