Aller au contenu

Les guerres puniques : les débuts de l’impérialisme romain

De 264 à 146, les trois guerres puniques opposèrent la République romaine et la redoutable Carthage pour le contrôle de la Méditerranée occidentale.
Manuella Affejee
Publié le 19/12/2021

C’est en 509 avant notre ère que les historiens romains situent la fin de la période monarchique et l’établissement d’un régime républicain libre (libera res publica), garant des libertés publiques et du respect des droits de tous ses citoyens. Mises en place dans un contexte de fortes tensions internes et externes, les institutions républicaines ne se stabilisèrent que vers le milieu du IVe siècle et ne subirent aucune modification avant la crise finale du Ier siècle avant notre ère et l’avènement d’Octave Auguste.

Impossible ici de retracer l’intégralité de cette histoire longue et complexe. Aussi, avons-nous choisi de nous concentrer sur trois moments-clefs de cette période. Nous évoquerons, dans un premier temps, le duel de près d’un siècle entre Rome et Carthage, lequel marque les débuts de l’impérialisme romain ; nous retracerons ensuite l’épisode crucial des frères Gracques, prémices d’un long temps de crise pour la République qui atteindra son apogée avec la première guerre civile et la confrontation entre Marius et Sylla.

***

De 264 à 146, les trois guerres puniques opposèrent la République romaine et la redoutable Carthage pour le contrôle de la Méditerranée occidentale. Le premier affrontement (264-241), qui se concentre autour de la Sicile et se conclut par la victoire de Rome, aboutit à la création des premières provinces romaines ; la seconde guerre (218-202) voit le général carthaginois Hannibal porter la guerre en Italie et infliger de cuisantes défaites à Rome, avant d’être vaincu par le général Scipion l’Africain, en Afrique du nord ; même si la cité punique ne représentera plus aucune menace sérieuse, Rome décidera de la détruire complètement, au cours du 3e et dernier conflit (149-146). Cette ultime victoire viendra parachever la soumission de l’ensemble du bassin méditerranéen à la République romaine, alors au faîte de sa puissance et tout entière tournée vers son expansion. Interrogée par Manuella Affejee, Catherine Virlouvet reparcourt les années de cet affrontement immortalisé par les plumes de Tite-Live et de Polybe.

Notre invitée : Catherine Virlouvet est spécialiste de l’Histoire sociale et économique romaine (fin de la République et Haut-Empire), professeure émérite d’Histoire antique à l’Université d’Aix-Marseille, rattachée au centre Camille Jullian et ancienne directrice de l’École française de Rome (2011-2019). Elle a récemment publié avec Stéphane Bourdin, Rome, naissance d’un empire : De Romulus à Pompée (753 – 70 av. JC) dans la collection « Mondes anciens » de Belin.


Nous écouter