Comment penser la guerre après la Grande Guerre ?

 

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 37’47.

Les 14 et 15 novembre 2019, l’ICES, le Centre Roland Mousnier de l’université Paris-Sorbonne et le département de Vendée ont organisé un colloque consacré aux “Conséquences politiques, économiques et sociales de la Grande Guerre (1919-1923)“. Placé sous la direction de Jean-Paul Bled, professeur émérite à Sorbonne-Université et Jean-Pierre Deschodt, HDR, directeur du département Histoire de l’ICES, il a réuni près de quarante historiens et spécialistes de la période. Storiavoce vous propose une nouvelle série en trois parties reprenant à chaque fois deux interventions. Dans ce volet, Frédéric Guelton aborde la question: Comment penser la guerre après la Grande Guerre ? Jean-Hugues Long, il traite de la représentation du retour à la paix dans les affiches.

Les intervenants : Frédéric Guelton est colonel (er), historien et membre du CS de la Mission du Centenaire, ancien chef de département de l’armée de Terre du SHD. Il dirige encore des mémoires de stagiaires de l’École de Guerre et donne quelques cours à l’ESM de Saint-Cyr et anime un séminaire à l’Edhec. Ancien ancien chef du département de l’armée de terre du service historique de la Défense et ancien enseignant à l’IEP de Paris, il est spécialisé dans l’histoire de l’armée française et des relations entre la France et l’Est européen. Il est l’auteur du Journal du général Edmond Buat, 1914-1923 (Perrin, 2015, 1481 pages). Il prépare actuellement une Histoire des brigades russes en France au temps de la Grande GuerreJean-Hugues Long est lieutenant de l’armée française et conservateur du musée du sous-officier de Saint- Maixent-l’École. Travaillant sous la direction de Sous la direction de Martin Aurell et de Nicolas Prou, il prépre une thèse sur la poliorcétique à l’époque médiévale: L’évolution de la fortification dans les marches septentrionales du comté d’Anjou de 987 à la majorité de Saint Louis (Poitiers).


Avec l’aimable autorisation de l’ICES.

Présentation du colloque:

Au moment où l’Allemagne capitula à Rethondes le 11 novembre 1918, la solidarité des Alliés était déjà compromise. La France revendiquait un poids supérieur dans les opérations militaires menées contre les puissances centrales.

Dans leur immense majorité, les Français ont supporté la dure épreuve des privations et des souffrances. Au lendemain de la Guerre, le bilan était toutefois terrible… La France comptait 1 400 000 morts ou disparus, soit 10% de la population active, et 2 800 000 blessés. Parmi ces derniers, près de la moitié avaient été touchés au moins à deux reprises. Outre les pertes humaines, les destructions matérielles s’élevaient à 4 250 000 hectares ravagés, 222 000 maisons réduites en cendres, 4 800 km de voies ferrées et 58 000 km de routes à restaurer, 22 900 usines à reconstruire, 330 millions de m3 de tranchées à combler enfin. La reconstruction allait être longue et difficile.

La France avait besoin de bras. Les immenses dommages posaient la question de leur indemnisation. Leur montant s’élevait selon une estimation de John M. Keynes à 20 milliards de francs or. Mais, tout compte dûment fait, il fallut y ajouter 15 milliards. Se posa également la question de savoir qui devait assurer le paiement de ces réparations. Au lendemain de l’Armistice, les Français étaient convaincus que l’Allemagne devait rembourser l’intégralité du montant du préjudice : « Le boche paiera … » disait-on volontiers. Pour autant, les plus lucides pressentaient que les réparations seraient difficiles à obtenir. De manière générale, l’Europe sortait épuisée de ce conflit, la main d’œuvre ayant été décimée puisqu’on déplorait près de 19 millions de morts. Les matières premières étaient inexploitables, l’outillage inutilisable, et les communications détruites. La belligérance ayant épuisé les ressources du pays, la priorité était à la reconstitution des forces matérielles et sociales, ce qui portait au premier plan les solutions politiques parfois idéologiques.

La réédification de l’Europe serait sans aucun doute coûteuse. Voulant dépasser l’affrontement fratricide des peuples, beaucoup aspiraient à la création d’une œuvre pacificatrice. Le « pacte de la Société des Nations » posa, sous l’influence de Wilson, les principes d’un ordre international nouveau. La paix comme but de guerre ! Cette paix retrouvée à Versailles s’avérait-elle avantageuse ? N’était-elle pas imparfaite ? Devait-elle prôner la simple coexistence entre les nations ? La paix révolutionnaire constituait-elle une solution possible ? Comment célébrer ce moment tant attendu par tous les belligérants ? Ces événements considérables ne vont pas sans poser évidemment la question majeure de l’après-guerre, question que l’on pourrait formuler ainsi : « Les conséquences politiques, économiques et sociales de la Grande Guerre ». C’est à ce sujet essentiel que le colloque international qui se tiendra à l’ICES les 14 et 15 novembre – colloque organisé conjointement par le CRICES (centre de recherche de l’ICES) et l’UMR Roland Mousnier (CNRS – Université Paris-Sorbonne) s’efforcera de répondre.

Comité scientifique :

Jean-Paul Bled, professeur émérite à Sorbonne Université
Jean-Pierre Deschodt, HDR, directeur du département Histoire de l’ICES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *