Le peuple à l’assaut du pouvoir (1789-1795)

 

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 44’00.

Dans ses mémoires consacrées à la Révolution française, le baron Paul-Charles Thiébault disait de la capitale qu’elle était un « sol volcanique dont les torrents de feu s’échappaient à la moindre secousse. » Or, une des expressions de ces torrents de feu est la fameuse journée révolutionnaire. Nous connaissons tous ce moment si particulier de la prise de la Bastille qui fu dans les faits une reddition… Il n’empêche, la prise de la Bastille est devenue un symbole dès les premiers jours mais est-elle pour autant l’archétype de la journée révolutionnaire ? D’ailleurs, combien existe-t-il de journées révolutionnaires et comment naissent ces moments si particuliers de cette période? Qui en sont les meneurs et qui en sont les organisateurs ? Comment les autorités, les élus, le pouvoir réagissent-ils ? Quels sont enfin les conséquences de ces journées ? Christophe Dickès reçoit Antoine Boulant.

L’invité: Docteur en histoire, Antoine Boulant est l’auteur de nombreux travaux relatifs à l’histoire politique, institutionnelle et militaire du XVIIIe siècle, de la Révolution et du Premier Empire. Il a notamment publié une biographie de Saint-Just. L’archange de la Révolution, saluée par la critique, et La Journée révolutionnaire. Le peuple à l’assaut du pouvoir, 1789-1795 (Passés / Composés, 224 pages, 18€).

One Comment

  1. La révolution française s’est étendue sur plusieurs années, avec des phases différentes, contradictoires. En dehors des journées révolutionnaires, si peu nombreuses au regard de l’étendue de cette époque, que se passait-il dans les faubourgs, dans la vie quotidienne des parisiens ? Cette émission en donne des éclaircissements précieux. On peut noter une persistance au fil des siècles postérieurs, en cette croyance des acteurs de ces journées révolutionnaires dans une démocratie directe, immédiate, souvent violente permettant d’emporter des acquis, des progrès obtenus au prix de nombreuses victimes civiles et politiques.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *