Aller au contenu

De la Défense du Roi au Code civil

Hostile aux fictions juridiques et aux régimes d'exception, François Denis Tronchet crut au pouvoir révolutionnaire du droit plutôt qu’à celui de la violence. Il fut la cheville ouvrière du Code civil mais aussi un des avocats de Louis XVI. Un destin entre traditions, révolution et modernité.
Christophe Dickès
Publié le 13/10/2016

12-10-2016-14-21-41
Philippe Tessier est historien et avocat au barreau de Paris.

Dans son ouvrage remarquable consacré à la fuite de Varennes, l’historienne Mona Ozouf explique que le voyage du roi Louis XVI en juin 1791 a fait basculer l’histoire révolutionnaire. Varennes signe même la mort du régime monarchique et de la royauté. De fait, un an et demi plus tard, Louis XVI était guillotiné sur l’actuelle place de la Concorde le 21 janvier 1793. Après la disparition du régime, c’était au corps du roi, pour paraphraser d’Ernst Kantorowicz, d’être renversé. Mais même « le citoyen Capet », selon l’expression des révolutionnaires, avait le droit à une défense. Ce rôle important a été assuré par trois avocats. On connait Malesherbes et de Sèze mais beaucoup moins le nom de François Denis Tronchet. Étrangement, aucun travail n’avait été publié sur cet homme dont le rôle fut décisif moins d’ailleurs dans la défense du roi Louis XVI que dans sa participation à une révolution juridique, celle du Code civil, dont il fut la cheville ouvrière. Storiavoce vous propose de partir à la découverte de ce personnage étonnant, avocat, juriste, élu des Etats-Généraux qui sut survoler les années de Terreur et s’imposer sous l’Empire. Un destin que Philippe Tessier nous faire découvrir dans cette émission exclusive.

Philippe Tessier, François Denis Tronchet, Fayard, 512 pages, 26.50€.

En savoir plus.

  • Philippe Tessier sur le site de son éditeur: lien.
  • Accéder à la thèse de Philippe Tessier: lien.
  • Tronchet sur le site Napoléon.org: lien.

Nous écouter