Aller au contenu

Le dernier carré

Tous, dans un dernier geste, ont marqué l'histoire et la postérité: Thermopyles, sicaires juifs à Massada, derniers cathares, chouans de 1815, sudistes, samouraïs, communards, cristeros, soldats blancs de Russie, etc. Ils sont le dernier carré.
Mari-Gwenn Carichon
Publié le 27/01/2022

« Merde ! La garde meurt et ne se rend pas ». La célèbre apostrophe, prêtée au général Cambronne à Waterloo illustre le mépris de la mort et le sacrifice authentique : celui qui consiste à donner volontairement sa vie pour un homme, une cause, une idéologie ou une patrie. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce cas de figure se présente assez souvent à travers les siècles : Thermopyles, sicaires juifs à Massada, derniers cathares, chouans de 1815, sudistes, samouraïs, communards, cristeros, soldats blancs de Russie, vietnamiens du Sud, combattantes kurdes et bien d’autres encore se sont illustrés lors d’événements méconnus ou oubliés tels les frères de la forêt qui ont combattu l’armée rouge dans les pays Baltes après 1945. Tous, dans un dernier geste, ont marqué l’histoire et la postérité. Pour les évoquer, Mari-Gwenn Carichon reçoit Jean-Christophe Buisson. 

Notre invité: Journaliste et historien, Jean-Christophe Buisson est rédacteur en chef du service culture du Figaro magazine. Il présente depuis 2016 l’émission Historiquement show sur la chaîne Histoire (Groupe TF1). Spécialiste du monde slave, il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont une histoire de Belgrade et une biographie de Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) qui a été primé par l’Académie française et l’Académie des Sciences morales et politiques. Il vient de diriger avec Jean Sévillia un ouvrage collectif intitulé Le dernier carré, combattants de l’honneur et soldats perdus, de l’Antiquité à nos jours (Perrin, 416 pages, 21€).


Nous écouter