Faire ses comptes au Moyen-âge

 

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 47’43.

Bienvenue dans une boutique médiévale parisienne ! L’émission Nos Mémoires vous propose de découvrir un texte qui n’est pas en soi exceptionnel et unique en son genre, mais qui est le seul livret de comptes d’un artisan médiéval conservé aujourd’hui (BNF). Nous sommes entre le mois de décembre 1420 et le mois de mars 1455. Installé rive gauche de la Seine, dans le quartier de Saint-Severin, le couturier Colin de Lormoye vend ses créations à l’élite du Paris du début XVème siècle. Il achète, fabrique, vend fait ses comptes sur des feuillets.  Le livre nous fait pénétrer dans l’univers quotidien d’une boutique, éclairant la vie économique d’un artisan du Moyen Âge. Il dévoile l’ampleur des savoir-faire de Colin et sa propre conception du travail, ce qu’il appelait sa « besogne ». Retrouvé dans les archives de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, de l’université et de l’église Notre-Dame, le parcours de ce Parisien ordinaire se laisse reconstruire depuis son installation sur la rive gauche jusqu’à son accession à la maîtrise, puis à la propriété. Son insertion dans le monde de la confection parisienne est restituée grâce aux archives des métiers parisiens à la prévôté de Paris et aux documents fiscaux. Ces feuilles ont été retranscrites en partie, expliquées et analysées par l’historienne Julie Claustre dans un livre publié aux éditions des Belles Lettres. Elle est reçue par Mari-Gwenn Carichon.

Notre invitée : normalienne et agrégée d’histoire, Julie Claustre est maître de conférences HDR d’histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est spécialisée en histoire économique et sociale du XIVème et XVème siècle.

One Comment

  1. La réponse de madame Claustre à la question sur la prétendue “révolution économique” du bas moyen âge est très convaincante.
    Merci pour ce bel entretien,

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *