Argent et profits en temps de guerre

 

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 47’46.

Durant les temps de crises et les périodes de guerre, l’homme cherche des coupables et/ou des bouc-émissaires. Celui qui s’en sort, voire qui tire profit de la crise, est pointé du doigt comme profiteur. L’État, quant à lui, est la cible d’accusations et appelé comme arbitre dans le même temps. À lui de préserver la morale sans saboter les intérêts du pays. Comment les profiteurs étaient-ils vus par la société ? Quelle est la politique de l’Etat face à ceux qui font fortune de l’infortune de la société ? Comment définir l’argent immoral : est-ce celui obtenu par la corruption ou des canaux illégaux ? Celui qui échappe au contrôle de l’État ou celui de l’entrepreneur opportuniste qui sait tirer profit d’une situation? Ce nouvel entretien est consacré à une thématique d’histoire économique qui touche de près les problématiques de l’histoire politique, et de l’histoire des sociétés. Mari-Gwenn Carichon reçoit Olivier Dard.

L’invité : Professeur d’histoire contemporaine à la Faculté des lettres de Sorbonne-Université, Olivier Dard travaille aussi dans le cadre de l’UMR, pour le laboratoire en histoire des relations internationales contemporaines et des mondes étrangers. Auteurs de nombreux ouvrages, directeurs de nombreux travaux, il notamment publié, aux éditions du Cerf, un Dictionnaire du Conservatisme avec Frédéric Rouvillois et Christophe Boutin. Il dirigé l’ouvrage collectif L’argent immoral et les profiteurs de guerre (1870-1945) avec Jens Ivo Engels and Frédéric Monier (Peter Lang, 368 pages).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *