Être musicien dans la Rome du XVIIIe siècle

 

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube et Ausha. Durée totale de l’émission: 27’22.

A la croisée des histoires sociale et économique, ce cours d’histoire en deux parties s’essaie à brosser un panorama musical de ce flamboyant XVIIIe siècle, à comprendre ce qui le caractérise, ce qu’il apporte comme transformations artistiques et sociales au sein de la société romaine de cette époque. Après une première partie ayant posé les cadres du sujet, ce deuxième épisode s’interroge sur ce qui fait ce monde de la musique, en explorant ses pratiques, ses institutions, ses dynamiques, notamment au travers de parcours et de carrières individuels. Comment l’artiste du XVIIIe siècle vit-il de son art? Quelles sont les possibilités et les difficultés? Existe-t-il une hiérarchie des métiers de la musique? Quels sont les liens qui unissent les artistes aux familles nobiliaires romaines? La mobilité du musicien est-elle un gage de succès et de célébrité? Les femmes ont-elles leur place au sein de cet univers musical?

Notre invitée : Élodie Oriol est docteure en Histoire moderne, membre de la section Époques moderne et contemporaine de l’École française de Rome. Elle est également chercheuse associée au laboratoire TELEMMe et membre du LIA MediterraPolis. Elle publie Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle dans la collection de l’École française de Rome.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *