Le mythe de la Guerre éclair

 

Le Général Michel Forget, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, revient sur les conclusions de l’ouvrage de Karl-Heinz Frieser qui révolutionne l’historiographie militaire en démontrant qu’Hitler, contrairement au mythe, n’était pas prêt à entreprendre une campagne aussi rapide. Contrairement aux idées reçues, la victoire-éclair de Hitler sur les Alliés n’avait pas été planifiée comme ” guerre-éclair “. Le commandement allemand comptait sur une réédition de la Première Guerre mondiale, avec des combats étalés sur des années ; cette conviction avait présidé à la planification de son économie et à ses plans de guerre. Ce n’est qu’après que le corps blindé Guderian eut effectué sa surprenante percée à Sedan que l’offensive allemande acquit une dynamique propre insoupçonnée et conduisit au ” coup de faucille ” et à l’avance rapide des chars jusqu’aux portes de Dunkerque, où Hitler arrêta leur progression pendant quelques jours, ce qui permit l’évacuation du corps expéditionnaire anglais. S’élevant contre la théorie courante d’une ” stratégie de la guerre-éclair ” conçue par Hitler, l’auteur démontre ce qui a réellement fondé le secret de la réussite de la ” guerre-éclair ” de l’offensive de 1940, et démontre également que lorsqu’Hitler voulut réitérer une opération (dont il s’était attribué le mérite a posteriori), mais cette fois contre l’URSS, ce fut l’échec.

Karl-Heinz Frieser, Le mythe de la Guerre éclair – La campagne de l’Ouest, Belin, 2 formats disponibles.

En savoir plus…

  • Une émission mise en ligne avec l’aimable autorisation de Canal Académie: lien.
  • Le livre de KH Frieser est disponible en format poche ou sur le site des éditions Belin.
  • Un article de Philippe Garaud dans la Revue Temporalités, “De la Drôle de guerre à la Guerre éclair”: lien.

Commentaires de Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *