Josué ou la promesse d’Abraham

 

Stéphane Encel

Dans la Bible, le nom de Josué apparaît pour la première fois en tant que chef de guerre, victorieux d’Amaleq, l’ennemi intime de Yahvé : « Choisis-toi des hommes et, demain, sors combattre » lui demande Moïse dans le désert. Mais la victoire ne vient pas de Josué mais du bâton que Moïse a déjà utilisé afin de libérer Israël du joug égyptien. Fidèle serviteur, Josué participe à l’ascension du Mont Sinaï et garde la « tente du Rendez-vous » où se trouve l’arche d’Alliance qui contient les tables de la Loi. A la mort du prophète, il est chargé de conquérir Jéricho et la terre de Canaan. Dans la Bible, le livre qui porte son nom évoque cette conquête et l’accomplissement de la promesse d’Abraham. Puis vint le temps du partage de la terre entre les tribus d’Israël. Nous parlerions plus prosaïquement d’administration, d’héritages et de toutes les difficultés inhérentes à ce genre de situation : luttes fratricides, divisions et même rébellions. Historien des religions, Stéphane Encel sort de l’ombre ce personnage méconnu mais pourtant essentiel dans l’Ancien-Testament : « Josué sans Moïse est impossible et Moïse sans Josué est incomplet dans la structure de l’alliance entre Yahvé et les fils d’Israël. » Un livre admirablement construit qui apporte par ailleurs une réflexion sur les rapports entre la violence et la religion.

Stéphane Encel, Josué, premier conquérant de la terre sainte, Tallandier, 304 pages, 20.90€.

En savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *